Quand une compagnie d’assurance peut-elle imposer une expertise automobile ?

expert automobile

Une expertise automobile est une opération qui peut s’avérer très utile en tout état de cause. Cependant, elle est facultative ou obligatoire selon les situations. Ainsi, après un sinistre, une compagnie d’assurance peut imposer une expertise automobile. Quand est-ce que cette étape est-elle obligatoire ?

Choisir son propre expert

Il est vrai que l’expertise automobile est parfois imposable par la compagnie d’assurance, mais contrairement à une idée reçue, il est tout à fait possible de choisir un expert automobile indépendant. En effet, comme dans de nombreux cas, vous n’êtes pas obligé de vous laisser imposer l’expert désigné par l’assureur même si l’expertise est obligatoire.

En choisir un qui est totalement indépendant de votre compagnie et qui sera à même de défendre vos intérêts peut être salutaire. Dans de simples situations comme le remplacement d’un pare-chocs, vous pouvez laisser libre cours à l’expert de l’assurance. Cependant, pour des dommages importants ou une situation complexe, il est plus judicieux d’avoir recours à un technicien impartial pour représenter une réelle plus-value.

Après un sinistre

L’expertise automobile est obligatoire dans un cas de figure où votre voiture a subi des dégâts matériels à la suite d’un accident ou un accrochage. Cette opération permettra alors d’évaluer l’ampleur des dommages afin de déterminer l’indemnisation à laquelle l’assuré aura droit. Dans ce cas, votre compagnie d’assurance ou votre assureur vous impose le passage de l’expert automobile. L’avis de ce professionnel aguerri peut-être un atout dans le cadre d’une procédure. En effet, ce professionnel effectuera un état des lieux et rédigera le rapport d’expertise. Il pourra ainsi fixer votre indemnisation en se basant sur ce rapport.

Après l’achat d’un véhicule

Après l’achat d’un véhicule d’occasion, vous découvrez que celui-ci possède un vice-caché et qu’une panne survient peu après la transaction. Pour prouver l’existence de ce vice caché, il est nécessaire de faire appel à un expert automobile. Selon l’étendue du litige, le tribunal peut imposer cette action afin de trancher ce désaccord. D’ailleurs, la loi soumet l’action en garantie des vices cachés à trois conditions cumulatives : le vice doit être occulte, antérieur à la vente et rendant le véhicule impropre à l’usage. Le délai pour agir sera de 2 ans après la découverte du vice.

Après passage du véhicule au garage

Après un passage de votre véhicule au garage, on vous donne la facture des réparations. Il se peut que vous mettiez en doute cette facture ou le bon d’accomplissement des réparations. Dans ces cas, l’expertise n’est pas forcément obligatoire, mais un professionnel pourra vous offrir un regard d’expert et un avis neutre.

En cas de contre-expertise

Suite à un premier rapport d’expertise, il s’avère que vous n’êtes pas d’accord avec l’évaluation et que vous contestiez le résultat établi par l’expert désigné par la compagnie d’assurance. Demander une contre-expertise peut vous permettrez une réévaluation des dégâts et donc une meilleure indemnisation. Cette contre-expertise pourra alors aboutir à 3 nouvelles situations. Soit les deux experts se mettent d’accord pour réévaluer les dommages, soit ils se mettent d’accord pour rester sur la décision initiale, soit ils ne se mettent pas d’accord et un troisième expert devra intervenir de manière agréée et impartiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close